Free Essay

Titrisation

In: Business and Management

Submitted By fathiomar22
Words 3004
Pages 13
La Titrisation

Ce travail est fait par : ELFilali Mohammed FAROUJ Achraf FATHi Omar FENNAS Amine

Encadré par : Mme Mialed

Historique de la titrisation

La titrisation des actifs a débuté aux États-Unis dans les années 1970. Auparavant, les banques prêtaient à des clients et conservaient les portefeuilles de prêts jusqu'à l'échéance, en les finançant par les dépôts de leurs clients. L'envolée du crédit après la seconde guerre mondiale contraint les banques à trouver de nouvelles ressources, en particulier avec des débuts de titrisation, d'abord appliqués aux prêts immobiliers puis de plus en plus élargis à d'autres produits. En février 1970, le département américain au logement et au développement urbain effectue la première véritable titrisation sur des prêts immobiliers.

Le marché se développa par l'ajout d'améliorations successives comme l'utilisation de Fonds commun de créance connu sous le nom de « Special Purpose Vehicle » (SPV) qui sont montés pour assurer une décorrélation de risque entre les risques portés par les titres issus de l'opération de titrisation et vendus aux investisseurs et les risques portés par l'établissement cédant les actifs sous-jacents de l'opération de titrisation.

Cela a permis en 1985 la titrisation pour la première fois d'un actif autre qu'un portefeuille de crédits immobilières, des crédits pour l'achat de voiture en l'occurrence. L'opération de 1985 était une titrisation d'un montant de 60 millions de dollars effectuée par le Marine Midland BanK. En 1986, eut lieu la première titrisation d'un portefeuille de crédits de cartes bancaires, pour un montant de 50 millions de dollars.

Définition
La titrisation est un procédé qui a été inauguré à la fin des années 70 début des années 80, par lequel des créances traditionnellement illiquides et gardées par leurs détenteurs jusqu’à l’échéance, sont transformées par les banques en titres négociables et liquides. Ces titres financiers disposent de caractéristiques différentes de ceux des autres actifs sous-jacents que ce soit en terme de rentabilité, de coupon, de paiement, qu’en termes de durée et de fluctuation des taux d’intérêts. Ce qui offre aux investisseurs une large gamme de produits financiers négociables.
La titrisation consiste à rendre échangeable sur les marchés des produits pour lesquels il n’existait pas traditionnellement de marchés primaire ou secondaire. Par ce biais on réalise le plus souvent un transfert total ou partiel des risques de certaines institutions à d’autres.

Le Mécanisme de la titrisation

Un établissement de crédit cède à une entité spécialement établie à cet effet des titres de créances, Cette entité souvent appelée SPV (Special Purpose Vehicle), ou FCC (fonds commun de créance) émet des titres qui, après évaluation par une agence de notation, seront vendus à des investisseurs. Ce fond qui a rempli le rôle d’arrangeur pour mettre en place et structurer le produit financier joue souvent également un rôle majeur dans le placement des titres auprès des investisseurs.

Les formes de titrisation

Plusieurs facteurs ont permis la prolifération des formes de titrisation, dans le monde mais on a eu tendance à distinguer entre deux types à savoir les RMBS (Residential Mortgage backed securities) et les ABS (Asset backed securities) :

Les RMBS : (Residential Mortgage-backed securities) sont des titres adossés à des créances hypothécaires relatifs à quatre catégories de dettes, les subprimes, alt-A, jumbos (standards), et les primes. Le détenteur d’un RMBS reçoit les remboursements du capital et des intérêts des crédits immobiliers qui y sont titrisés. Les ABS : (Asset-backed-securities) valeur mobilière adossé à des actifs, créée par titrisation. Ces ABS sont constitués des créances suivantes :

Les comptes à recevoir sur cartes de crédits.
Les prêts consommation automobile.
Les prêts étudiants.
Les prêts santé et soins médicaux.
Les prêts commerciaux (facilités de paiements).

Les ABS peuvent toutefois être constituées d’un portefeuille de crédits immobiliers hypothécaires.

Les acteurs d’une opération de titrisation :

1- L’arrangeur est une banque d’affaire dont le rôle principal est de proposer et de configurer des montages de titres financiers, afin que les objectifs du cédant de ces créances soient atteints, et les intérêts des acheteurs de part soient réalisés.

2- Le cédant : ce sont généralement des établissements de crédits qui ont besoin de liquidité et qui veulent se débarrasser des créances clients.

3- La société de gestion : c’est une société commerciale qui gère le SPV et qui représente les intérêts des détenteurs de parts. Elle surveille l’exécution des cessions de créances ; elle gère les fonds de trésorerie du SPV. Elle surveille que les procédures sont suivies pour l’obtention de la notation et elle fournit les informations requises par les autorités de surveillance.

4- Le dépositaire : c’est un établissement de crédit qui contrôle les opérations de la société de gestion. 5- Les agences de notation : sont des entreprises dont le rôle consiste à évaluer la solidité financière du portefeuille des créances clients qui ont été cédées, en leur décernant une note, les trois plus grandes agences de notation internationales sont Moody’s, standards & poors, et Fitch ratings.

6- Les sociétés de rehaussement de crédit : sont des organismes financiers qui apportent leur garantie à un emprunt afin de faire bénéficier l’emprunteur de leur propre notation (rating), en contrepartie d’une commission qu’il doit verser.

7- L’agent payeur : Son rôle est essentiellement un rôle d’exécution. Il est chargé de s’occuper des paiements à effectuer aux détenteurs de parts.

8- Les autorités de surveillance ou de tutelle : ils jouent le rôle d’un gendarme qui contrôle et surveille toute la procédure de titrisation.

Pour mieux assimiler les relations et les flux entre les différents acteurs qui interviennent dans une opération de titrisation, veuillez voir le schéma ci-dessous :

Les avantages liés à une opération de titrisation : Les avantages liés à une opération de titrisation sont nombreux et expliquent pour beaucoup la forte croissance de ce marché et la diversité de ses produits.
La réduction des coûts de financement :
En utilisant les instruments de la titrisation, une entreprise notée BB mais générant des cash flows notés AAA grâce à la cession d’actifs de qualité, peut parvenir à trouver des moyens de financement et se faire prêter à un taux avec une prime de risque correspondant à du AAA. Cette volonté de réduire les coûts d’emprunt pousse logiquement les acteurs à faire des opérations de titrisation.

La réduction des exigences en capital :
Dans certains cas une société peut être limitée par un certain niveau d’endettement, comme c’est le cas pour les institutions financières qui doivent respecter le ratio Cooke (la part des fonds propres dans le total des encours doit excéder 8%). La titrisation d’actifs étant considérée en comptabilité comme une vente, cette opération de sortie d’actifs du bilan peut permettre à la société de restructurer son bilan, de libérer des fonds propres, et d’en améliorer la rentabilité.
Le transfert et la segmentation des risques de crédit, de liquidité, de réinvestissement et de concentration des actifs :
Grâce à la titrisation, une société peut transférer des risques qu’elle ne veut pas porter sur son bilan à des agents qui eux sont d’autant prêts à les supporter qu’ils sont mutualisés entre eux. Certains mécanismes peuvent également être mis en place de telle sorte que le cédant conserve ce qu'on appelle le «premier risque» sur le portefeuille pour que l’investisseur ne soit exposé qu’à une partie du risque.

Les profits générés par la vente d’un actif et l’apport de liquidités :
La titrisation permet de générer un profit additionnel sans avoir réellement augmenté la valeur de la société. Quand une opération de titrisation a lieu, la vente qui se passe entre l’émetteur et le SPV se fait au prix du marché. Cette vente a alors un impact sur le compte de résultat du cédant car elle se matérialise par des profits additionnels. Par ailleurs, la cession de créances se faisant en échange de cash (liquidation des créances), le cédant se retrouve avec des liquidités immédiatement disponibles pour les besoins liés à son activité.
Diversification et meilleure rentabilité des portefeuilles pour les investisseurs :
Les produits de la titrisation étant considérés comme non corrélés aux autres obligations et produits dérivés, ils offrent aux investisseurs (hedge funds, investisseurs institutionnels, etc.) la possibilité de diversifier leurs portefeuilles. Par ailleurs, la titrisation offre l’avantages de bénéficier de structures de paiement mieux adaptées à leur besoins, et ainsi d’obtenir de meilleurs rendements pour un niveau de notation donné : en effet, la prime de risque des ABS ou des MBS est souvent plus élevée que celle des obligations émises par des entreprises pour une même notation ; ou encore certains de ces titres issus d’une titrisation bénéficient parfois d’une meilleure liquidité que les obligations émises par des sociétés ayant une bonne signature (c’est le cas notamment des certains titres émis par les agences gouvernementales aux États
LES RISQUES DE LA TITRISATION :
Le risque de défaillance des débiteurs :
Ce type de risque correspond à une estimation de la probabilité de défaillance du débiteur. Il est également lié à la nature des créances titrisées. Ce risque est similaire au risque de crédit habituel, mais peut également être lié aux conditions du marché et avoir un caractère systémique s’il est la conséquence de difficultés majeures présentes sur les marchés financiers et prenant de l’ampleur par contagion. C’est ce qui s’est passé cet été lorsque les cas de défaut enregistrés sur les prêts « subprime » se sont multipliés du fait de la hausse des taux, et ensuite propagés à l’ensemble de l’industrie financière à travers les produits plus ou moins liés à ces créances douteuses, pour finalement aboutir à une importante crise de liquidité due à la désertion, par les investisseurs, du marché de ces créances titrisées et à la perte de confiance mutuelles des banques ne connaissant pas l’étendue de leurs pertes, toutes créances étant hors bilan.

Le risque de défaillance des intervenants :
Le risque de défaillance d’une des parties impliquées dans une opération de titrisation existe toujours, et il est aggravé si la partie défaillante est présente à plusieurs endroits de la structure.

Le risque de remboursement anticipé :
Les profils de rémunération et de remboursement des titres qui sont cédés au SPV peuvent être affectés dans le cas où les débiteurs choisissent de rembourser leurs dettes avant l’échéance. Cela pose un problème aux institutions de crédit qui détiennent les créances car elles doivent alors renégocier les conditions de l’opération avec les investisseurs qui ont acheté les titres émis. Ce risque augmente en période de baisse des taux lorsque qu’un emprunteur réalise qu’il a intérêt à refinancer ses dettes par de nouvelles, souscrites à des conditions plus avantageuses.

Le risque de dégradation de notation :
Il est possible que pendant l’activité d’un SPV les agences de notation revoient à la baisse la notation de ses titres. Cela reste cependant assez rare du fait des différentes techniques de réduction de ce risque (rehaussement du crédit), bien que dans le cas du marché du « subprime » les agences de notation aient procédé à la dégradation d’une série de titres adossés à ces créances immobilières en juillet dernier.

Le risque de synchronisation des flux :
Il peut arriver qu’il y ait une mauvaise synchronisation des flux financiers attendus par les détenteurs de titres avec les paiements effectivement effectués par le SPV. Cela arrive lors de problèmes de paiement en amont (de la part du débiteur) ou du fait de difficultés techniques liées à une inefficience des organismes jouant le rôle d’intermédiaires et de contrôleurs des transactions. Ce risque peut également apparaître si un organisme intermédiaire doit faire face à des problèmes de solvabilité et/ou de liquidité.
LE ROLE DE LA TITRISATION DANS LA CRISE FINANCIERE

Lorsqu'une entreprise émet une obligation, l'acheteur de l'obligation a le sentiment qu'il peut évaluer le risque qu'il prend en se renseignant sur l'activité et la situation financière de l'entreprise. Pour simplifier cette appréciation, il s'en remettra souvent à la note que produit une agence de notation (à la demande et aux frais de l'émetteur) pour résumer la probabilité de défaut (une note élevée signifie qu'il n'y a guère de risque de voir l'entreprise incapable d'honorer ses obligations). De manière générale, ce métier premier des agences de notation, s'il n'est pas absolument exempt de critiques, ne donne guère lieu à controverses.
Une démarche similaire a prévalu pour la titrisation, et les ABS ont été notés, comme les CDO, par des agences qui ont tenté d'y transposer, tant bien que mal, les techniques d'appréciation des risques définies sur les obligations. Le sujet, cependant, était notablement différent : il fallait une approche statistique, pour les ABS, et, pour les CDO, des raisonnements très sophistiqués, dépendant, pour chacun, des clauses contractuelles, très variées, établissant les liens entre les différentes "tranches" de risque d'un CDO et les ABS sous-jacents.
La crise a révélé trois faiblesses majeures dans ce processus :
- le lien entre les CDO, les ABS, et leurs sous-jacents est devenu tellement complexe qu'il est extraordinairement difficile de simuler l'impact sur une tranche de CDO d'un scénario affectant les sous-jacents (combien de propriétaires de maisons en Floride vont-ils faire défaut, et quelle sera la perte sur la valeur originelle du crédit qu'il faudra constater quand tout aura été règlé ? comment ceci impactera-t-il les différentes tranches de risque que comprend le CDO ?) ;
- l'approche statistique suppose de tenir compte, au delà de la qualité des crédits sous-jacents un par un, de l'environnement économique : impact d'une éventuelle chute des prix de l'immobilier, par exemple ; les agences de notation n'ont pas su intégrer convenablement cette dimension dans leur raisonnement. C'est ce qui explique, en bout de chaîne, leurs erreurs majeures dans la notation des "rehausseurs de crédit", des entreprises qui se faisaient une spécialité d'assurer des produits titrisés pour améliorer leur notation, et qui étaient donc totalement exposées à un retournement conjoncturel que les agences n'ont pas pris en compte, tant il est loin de leurs méthodes habituelles de valorisation, tournée vers la micro-économie, et non la macroéconomie ;
- enfin et surtout, ces ABS, CDO et autres produits similaires, sont présumés être des "produits de marché", que leurs propriétaires valorisent sur la base d'une "juste valeur" de marché. Manque de chance : le marché, très peu liquide au départ déjà pour les plus sophistiqués de ces produits, a purement et simplement disparu lorsque la crise a éclaté. Plus personne n'en voulait, à n'importe quel prix, aussi bas soit-il. Et ceci sans qu'il y ait nécessairement dégradation constatée - simplement présumée ou anticipée - des sous-jacents.
Du coup, ces produits ont mérité, amplement, le sobriquet sous lequel on les désigne désormais : "toxiques".
Ce qui les a conduit à avoir ce statut, c'est une erreur d'analyse fondamentale des investisseurs (ce sont des produits de marché, dont la valeur, en normes internationales ou américaines, doit être pensée en fonction du comportement du marché, et non des sous-jacents ; ceux qui les ont achetés sur la base des risques sous-jacents se sont gravement trompés) ; c'est aussi une erreur des agences de notation, qui n'ont pas assez précisé qu'elles notaient la capacité des sous-jacents à être remboursés (et non une espérance de valeur de marché), et qui ont mal estimé les risques macro-économiques pouvant affecter ces sous-jacents ; c'est enfin, une politique de développement très rapide de ces produits, à l'instigation des banques d'affaires, qui y ont vu la possibilité de très bien gagner leur vie en structurant ces produits, sans avoir à les porter sur leurs bilans - politique qui leur a permis d'éviter les contraintes de fonds propres que requiert le fait de porter un titre à son bilan.
Pourquoi les effets de la crise de la titrisation ont-ils été si dévastateurs ? Parce que la plupart des banques doivent, depuis des années, emprunter auprès du marché les ressources qu'elles prêtent, les dépôts de leurs clients n'y suffisant plus. Pour emprunter les énormes volumes dont elles ont besoin pour prêter, elles ont eu largement recours à la titrisation de leurs actifs ; l'investisseur qui achète un paquet titrisé de crédits hypothécaires à une banque la débarrasse (en tout ou partie de cet actif), et lui fournit la matière première pour consentir un nouveau prêt. Autrement dit, la titrisation a été au coeur du fonctionnement global de la liquidité des banques, leur capacité à accéder aux ressources dont elles ont besoin pour faire leur métier de prêteur. Et les risques qu'elle entraîne pour ceux qui y ont recours ont été sous-estimés, comme tous les risques de marché - même lorsque les sous-jacents sont de bons vieux crédits tout ce qu'il y d'ordinaire (maisons, voitures, consommation).
Une fois la titrisation réputée toxique, les banques ont couru le risque de ne pas trouver la liquidité dont elles avaient besoin : c'est ce qui a condamné Northern Rock, dont le modèle économique reposait massivement sur cette technique, mais ce risque a existé, à des degrés divers, pour la plupart des banques. C'est pourquoi les plans de sauvetage adoptés dans la dernière période ont tous compris un volet "liquidité". Et les produits titrisés que les banques détenaient à leur bilan ont vu leur valeur (leur pseudo valeur de marché) s'effondrer - créant un trou dans leur bilan, les obligeant à se recapitaliser. D'où le volet "fonds propres" des plans gouvernementaux.
Le recours débridé et mal maîtrisé aux techniques de titrisation a donc bien été un élément central dans la crise. Mais l'impact macro-financier de ces produits toxiques n'a été ce qu'il a été qu'à cause d'erreurs fondamentales dans l'appréciation des risques qu'ils faisaient courir, et de la fermeture complète ou presque du marché mondial de la liquidité bancaire, qui dépendait elle-même crucialement de la titrisation.
Conclusion:
De nombreuses techniques financières ont été créées avec comme objectifs de départ une meilleure gestion du risque ou bien une baisse du coût de financement. La titrisation, en permettant de transformer des créances traditionnellement illiquides et gardées par leurs détenteurs jusqu’à l’échéance en titres négociables et liquides rentre donc parfaitement dans ce cadre. Mais le problème est que ces techniques financières ont aussi tendance à complexifier le système et à le rendre moins transparent (difficulté d'évaluation du risque par exemple), et donc à rendre le système plus vulnérable en période de crise. Les fameuses dérives de la finance et la difficulté de la régulation, pourtant nécessaire, du système financier.…...

Similar Documents

Free Essay

Single

...précédente. En effet, la croissance du marché de l’immobilier était tellement formidable que les institutions financières ont eu l’occasion de prêter des sommes importantes à des personnes insolvables (d’où le terme de « subprimes » qui n’est pas un produit financier, mais bien une note de solvabilité d’un emprunteur ces dernières remboursant leur prêt avec la plus-value emprunteur), réalisée. Notez que cela a bien marché pendant un temps, permettant à des centaines de foyers peu argentés de devenir propriétaire de leur logement, à tel point qu’un ancien Président français (que l’on ne nommera pas) a voulu appliquer les mêmes méthodes chez nous afin de faire de la France « un pays de propriétaires ». En plus avec le nouveau procédé appelé « titrisation » développé en partie au sein de l’Ecole », Polytechnique à Palaiseau (cocorico), les banques limitaient leur Search Rechercher.. Recherche Suivez-nous Nos news, par mail. http://tulipemedia.com/crise-des-subprimes-resume-definition-explications-expose/ Page 1 of 5 Résumé, définition et explications de la crise des subprimes 10/17/12 7:52 PM exposition aux risques car, pour faire simple, elles pouvaient regrouper leurs différentes créances et les découper en petits morceaux avant de distribuer ces derniers sur les marchés. Ce manège était parti pour ne jamais s’arrêter, mais c’était oublier le fameux proverbe qui veut que « les Votre*email Abonnement arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel ». 1......

Words: 1914 - Pages: 8

Free Essay

Crise Des Subprimes

...rythme spectaculaire : de 10% en 2001, leur part dans le total des crédits est passée à 30% en 2006. Selon l'ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan GREENSPAN , tous les citoyens américains qui ont contracté un crédit immobilier se sont enrichis profitant du double effet de la baisse des taux et de la hausse de l’immobilier. Pendant ce temps, pour répondre à leurs besoins de liquidités et pour se conformer aux règles prudentielles (ratio cooke), les banques ont cédé leurs portefeuilles de crédits subprime à d’autres institutions financières par la technique de la titrisation*. Transformés en titres, les subprime ont été introduits dans des fonds de portefeuille (SICAV, SICAF, banques, compagnies d’assurance, fonds commun de placement, fonds de pension, hedge funds) pour en doper les performances et ont été revendus à tous les établissements financiers. Titrisation La titrisation est une technique financière qui consiste à transférer à des investisseurs des actifs financiers tels que des créances (par exemple des factures émises non soldées, ou des prêts en cours), en transformant ces créances, par le passage à travers une société ad hoc, en titres financiers émis sur le marché des capitaux. Du crédit subprime à la créance titrisée L’amorce de la crise Pressions inflationnistes à hausse des taux d’intérêts Insolvabilité des ménages à baisse de la demande de logement à Stagnation de l’immobilier Dévalorisation des......

Words: 1159 - Pages: 5

Free Essay

Finance

...« subprimes » aux crédits hypothécaires accordés à taux d’intérêt variables à des ménages américains peu solvables, pour financer l’acquisition de leur logement. Pourtant, ces crédits ne sont que le premier maillon d’une chaîne au long de laquelle on retrouve les principales innovations financières des vingt dernières années. En effet : - Ces crédits, souvent accordés par des organismes spécialisés, mais aussi des banques, sont ensuite titrisés, par le biais d’une structure ad hoc : un fonds commun de créance. En d’autres termes, ce crédit bancaire par nature illiquide et non négociable sur un marché financier va précisément être transformé en un actif négociable et liquide par les vertus de cette technique financière sophistiquée de la titrisation, apparue aux Etats-Unis dans les années 80s. - Pour financer l’acquisition du portefeuille de crédits hypothécaires préalablement réunis afin d’être titrisés, le fonds commun de créances draine des ressources par émission de titres, précisément adossés à ces crédits, les A B S (Asset Backed Securities). Souvent, ceux-ci s’intègrent ensuite dans des produits financiers structurés beaucoup plus complexes, faisant appel à divers instruments financiers dérivés : ainsi des dérivés de crédit destinés à s’assurer contre le risque de défaillance des débiteurs (par exemple les Credit Default Swaps), mais aussi des dérivés sur taux d’intérêt et de change, permettant de gérer et profiler les risques de ces produits pour......

Words: 4316 - Pages: 18

Free Essay

Rapport Baert Yano

...entraîner une gestion plus court-termiste des entreprises. — 5 — Enfin, la mission d’information a analysé, dans une communication présentée le 30 octobre 2008, le rôle des normes comptables dans la crise financière. Ses conclusions restent aujourd’hui encore valables. Premièrement, les normes comptables seules ne sont pas à l’origine de la crise financière. Elles n’ont fait qu’enregistrer dans le résultat et le bilan des institutions financières, via des dépréciations, l’effondrement de la valeur des produits structurés de crédit puis des autres instruments financiers. Elles ne sauraient donc être le bouc émissaire des organismes de crédit qui ont surendetté des millions d’américains modestes, des manipulations des départements de titrisation des banques d’affaires, qui ont camouflé les subprimes dans des produits extraordinairement complexes, de la légèreté des agences de notation qui ont donné la note maximale AAA à ces produits et des banques qui les ont achetés sans les comprendre, ni de l’insuffisance des dispositifs de régulation financière. Deuxièmement, les normes comptables, en particulier la norme IAS 39 sur les instruments financiers, combinées aux normes prudentielles, ont incontestablement eu un effet procyclique qui a aggravé la crise en incitant les institutions financières à se débarrasser « à tout prix » de leurs actifs, même les plus sains, alors même que les marchés financiers sont fragilisés. L’Union européenne a cependant pris conscience des......

Words: 5379 - Pages: 22

Free Essay

Problème Economique Contemporain

...S1 ou S2, une réelle politique de maîtrise du niveau général des prix. Cela passe aussi par des contrôles permettant de diminuer l'influence des oligopoles (En effet, depuis le début de la crise, on constate un phénomène d'inflation, qui peut provenir du « Mark up » : pouvoir des oligopoles, et donc une baisse du pouvoir d'achat des consommateurs) →  Solution  4 : il est nécessaire de renforcer les réglementations, en ce qui concerne les délocalisations. Faut-il taxer une partie des bénéfices non investis ? Ceci permettrait de réfléchir à une réelle politique en faveur de l'emploi. En somme, les solutions 1 à 4 doivent être accompagnées d'un nouveau fonctionnement des marchés financiers et notamment un contrôle accru des phénomènes de titrisation. X. Éléments de réflexions critiques : limites des indicateurs de richesse Dans les sections précédentes, nous avons considéré que le PIB ou la VA, était le seul indicateur de richesse. En fait, les PIB tiennent compte essentiellement de la Y. Ainsi, lorsqu'on parle de croissance écoq, on regarde uniquement la capacité de Y de ce pays. On peut alors se demander s'il s'agit de la seule manière de mesurer la richesse. La réponse est négative. En effet, un taux de croissance du PIB de l'ordre de 10%, n'implique pas l'enrichissement de tous les agents écoq. Cela n'implique pas l'enrichissement des AC et D, ni celui des E. Il est peut-être nécessaire d'incorporer aux indicateurs de richesse la dimension du bien-être. On peut donc en......

Words: 12613 - Pages: 51

Free Essay

Fonds Alternatifs

...réaliser une belle plus value sur la vente à découvert. En cas de survie de l’entreprise, ils encaissent les intérêts de leur prêt et clôture la position à découvert. Fonds événementielles multi-stratégies Les fonds événementiels multi-stratégies investissent dans les sociétés qui sont dans une situation particulière. L’objectif est de se diversifier, ce qui permet de ne pas rester exposer à une stratégie n’apportant pas satisfaction. 33 El Aidi Sami Fonds alternatifs 6. Les fonds alternatifs et la crise des subprimes La crise financière de 2007-2008 est le résultat d’un enchainement de causalité. Les principaux événements qui ont contribué à cette crise sont l’accroissement déraisonnable des crédits hypothécaires subprimes, la titrisation sans discernement dans des tranches de plus en plus risquées et la hausse du taux d’intérêts aux Etats-Unis. La crise a causé une contagion systémique vers tout un ensemble de marché. Elle a entrainé un très fort ralentissement de la croissance mondiale et toute une série de dévalorisation d’actifs. En effet, quand les marchés monétaires se sont asséchés, les fonds alternatifs ont manqué de liquidités à court terme. Pour se sauver, ils ont vendu massivement tous leurs actifs liquides (actions, obligations,..) et ainsi contribué à la baisse des marchés. Tous les auteurs ainsi que les observateurs s’accordent à dire que les fonds alternatifs ne sont pas à l’origine ou même responsables de la crise et des conséquences systémiques......

Words: 12521 - Pages: 51

Free Essay

Rapport Bmce

... si vous ne pouvez pas rembourser, la banque récupère la maison et la vend. Mais quand les prix de l'immobilier baissent, les banques paniquent ! Cas de figure classique : un emprunteur ne rembourse plus, la banque décide donc de vendre sa maison et de tout récupérer. Mais comme les prix de l'immobilier ont baissé, la banque perd de l'argent sur la vente. C'est la crise des subprimes : certaines banques qui avaient eu trop recours à ce type de prêt se sont retrouvés dans une situation financière critique. Et plus de 2 millions de personnes se retrouvent ruinées aux Etats-Unis, faute de pouvoir rembourser les emprunts. Ä Etape 2 : Toutes les banques sont touchées à cause de la titrisation Pour tenter de limiter les risques de ces crédits d'un nouveau genre, les banquiers ont eu recours à la titrisation. Ils ont transformé ces emprunts en titre sur les marchés boursiers. Concrètement, si un particulier emprunte 1000 euros, il doit en rembourser 1200 euros à la banque avec les intérêts. Pour gagner plus rapidement de l'argent, les banques ont émis des titres de dette, c'est-à-dire un papier donnant droit à ces 1200 euros. Ces titres de dette se sont échangés sur les places boursières. Quel est l'intérêt pour les acheteurs de ces titres ? Si l'acquéreur achète son titre à 1100 euros, il sait qu'il a la garantie de recevoir 1200 euros. Or, à partir du moment où celui qui doit rembourser l'emprunt pour l'achat de sa maison ne peut plus payer, le titre n'a plus aucune valeur. Ce......

Words: 9933 - Pages: 40

Free Essay

Business

...là encore, peut être réalisé au mieux par une optimisation du cadre et des conditions de concurrence. La simplification des importations parallèles, l’abaissement des barrières entravant l’accès au marché et d’autres démarches visant l’ouverture au commerce international seraient autant de mesures appropriées pour ce faire. LE FRANC FORT: OPTIONS POUR LES ENTREPRISES, LA POLITIQUE MONÉTAIRE ET LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE Notes finales 1. Ce consensus s’appuie notamment sur la conviction qu’il est meilleur de laisser éclater ces bulles pour ensuite lutter contre leurs conséquences par une politique monétaire expansive. Dans le même ordre d’idée, il convient aussi de mentionner la représentation attribuant un rôle stabilisateur à la titrisation sur les marchés du crédit et à la relation complémentaire entre la stabilité des prix et celle des marchés financiers. 2 Concernant le QE, cf. BISCHOFBERGER et al. (2009), et en particulier BUITER (2009). 3 A la suite de l’effondrement du marché interbancaire et de la reprise de sa fonction par la BNS, la monnaie centrale a doublé par la force des choses, puisque la BNS agit alors directement en qualité d’intermédiaire et attribue des liquidités aux banques d’affaires. En cas de fonctionnement normal du marché interbancaire, les prêts de banque à banque se font sans participation de la BNS. Au cours de la crise des marchés financiers, la monnaie centrale a dans les faits presque triplé en Suisse. 4 On ne peut pas proprement dit parler......

Words: 13451 - Pages: 54

Free Essay

Crise Des Subprimes

...Faillites des banques Crise de liquidité Marché interbancaire Saisie Dégradations des bilans des banques Perte de confiance Baisse du prix de l’immobilier Besoin de liquidité Dépréciation d’actifs Titrisation Risque de défaut de paiement Les banques ne se prêtent plus entre elles Autres institutions financières Hypothèque Crédit immobilier Banques commerciales Dilution des risques Opacité Décrivez le mécanisme de la crise des subprimes ? En quoi cette crise questionne les postulats sous-jacents au modèle libéral ? Postulats du modèle rationnel général : * Individualisme : le phénomène social est le produit d’actions et choix individuels * Compréhension : il existe une explication pour tout * Rationalité : il s’agit bien de choix rationnels, à condition de bien noter que la rationalité est contextuelle Postulats de la théorie des choix rationnels * Conséquentialisme : il apparaît clairement sur le schéma que ce postulat est à remettre en question * Les banques ont mis leurs actifs en péril * Les ménages américains sont ruinés * Egoïsme : OK * Maximisation : les acteurs du système ont certes cherché à maximiser leur bien être (ici, en augmentant leurs richesse système capitaliste). Mais le postulat de maximisation repose sur 2 conditions : * La nécessité d’une information parfaite : * Baisse du marché de l’immobilier * Phénomène d’opacité : on ne sait plus sur quoi reposent les créances et les titres. Ces...

Words: 240 - Pages: 1

Free Essay

Basel Iii

...liquidité Manque de transparence sur le marché Crise de confiance Constats Sous-estimation de certains risques et surestimation de la capacité à les gérer Illusion du soulagement de la diffusion du risque par la titrisation Modélisation trop basée sur des historiques de données récents et des bonnes conditions de marché incapacité à réagir face à des chocs extrêmes Préconisations Augmenter les exigences en fonds propres (notamment en période de conjoncture économique favorable) Utilisation quasi-exclusive des modèles de risques internes Modèles, méthodologies et nouveaux produits financiers complexes parfois peu assimilés par les membres des conseils d’administration Accorder une plus grande importance au jugement humain et veiller à une meilleure compréhension de la gestion des risques à travers le renforcement du critère d’honorabilité et de compétence des instances de direction Tendance à l’intensification de la prise de risque en période de forte croissance de la demande de crédit Modèles statistiques comme la Value at Risk (VaR) qui sont procycliques car basés sur des périodes trop courtes pour prendre en compte correctement l’évolution des prix du marché Réduire la procyclicité, en encourageant le provisionnement dynamique La titrisation a donné une nouvelle dimension au problème de la liquidité, ce qui n’est pas suffisamment pris en compte par le cadre actuel Difficulté pour les autorités de réglementation de déterminer le juste niveau de......

Words: 571 - Pages: 3

Free Essay

Saass

...révélé l’impasse de notre système économique, la structuration des rapports sociaux sur la | |base du crédit a permis, et permet toujours, de maintenir de manière fictive la dynamique d’accumulation aveugle et illimitée à laquelle | |nous sommes tous soumis. | |Pour maintenir cette dynamique de financiarisation de la vie quotidienne, il est nécessaire de transférer la prise de risques – qui devrait,| |en principe, relever des entreprises – vers les individus, en les incluant dans la valorisation du capital. C’est ce qu’ont eu pour | |principale conséquence les innovations financières récentes (notamment la titrisation qui permet de transformer une dette telle une | |hypothèque en un actif s’échangeant sur le marché), selon le rapport Global Financial Stability (2005) du Fonds monétaire international. Les| |ménages et les individus sont de plus en plus les « amortisseurs des chocs » du système financier, comme en témoigne la crise des subprimes | |aux États-Unis. | |Ce transfert de risques s’effectue dans un contexte de politiques scandaleuses de socialisation des pertes et de privatisation des profits | |qui ont été mises en place par nos gouvernements pour renflouer les coffres des banques à la suite de la......

Words: 5852 - Pages: 24

Free Essay

Monnaie Et Finance

...l’argent au ménage qui rembourse avec intérêts. Les banques commerciales doivent se fournir en liquidités auprès de la BC pour pouvoir accorder des crédits. Dans le crédit prime, le taux d’intérêt est fixe. Crédit traditionnel sauf qu’il est hypothécaire. Il y a une segmentation du marché du crédit car le crédit prime n’est pas accessible à tous : il n’est accessible qu’aux ménages jugés solvables. Pour les ménages qui ne peuvent pas faire preuve de leur solvabilité : crédits « subprime » : taux d’intérêts plus élevés (on paie en + une prime de risque). En général, les crédits sont plus longs. Les remboursements sont faibles les premières années et ensuite les mensualités augmentent au fur et à mesure . Le crédit « subprime »  repose sur la titrisation. 3 acteurs : le marché financier, un intermédiaire et des ménages. L’intermédiaire prête de l’argent aux ménages. Le ménage rembourse l’intermédiaire, mais au lieu de se financer au niveau de la BC, l’intermédiaire le fait sur le marché. L’intermédiaire titrise la dette (ensemble des dettes de tous les ménages partagés en titres subprime) : on part du principe de la mutualisation des risques (le fait que 2 pers remboursent ou non est indépendant). Dans les crédits « subprime », les taux d’intérêts sont variables. Ce mécanisme est assez ancien mais ce qui est nouveau, c’est les montants atteint par les crédits subprime : en 94, dette totale des ménages américains sous forme de subprime 35MM$, 600$ en 2006. Pourquoi si......

Words: 7514 - Pages: 31

Free Essay

Finance

...structure et acteurs Les marchés internationaux Animation du marché Gérer son portefeuille S'informer sur la Bourse Les principaux indicateurs boursiers L'introduction en Bourse Les offres publiques Rentabilité, coût et fiscalité Passer un ordre en Bourse Les valeurs mobilières sommaire Edito La Bourse en 2006 Le marché boursier : structure et acteurs 12 13 14 15 16 18 19 20 21 22 23 24 27 28 29 30 31 32 35 36 37 38 41 42 43 44 Qu’est-ce que la Bourse Les marchés de cotation La structure du marché Les principaux intervenants du marché La protection des investisseurs Les valeurs mobilières Les actions Droits et autres titres de capital Les obligations Les ORA et les OCA Les SICAV et FCP Les fonds de capital risque Les fonds de titrisation Passer un ordre de Bourse Libeller un ordre de Bourse Les groupes de cotation La séance de Bourse Les seuils de variation de cours Comment souscrire à une introduction en Bourse ? Le nouveau système de cotation (NSC V900) Rentabilité, coût et fiscalité Les différentes commissions sur les transactions Les commissions sur les services La fiscalité des valeurs mobilières La rentabilité des investissements boursiers Les offres publiques L’offre publique de vente (OPV) L’offre publique de retrait (OPR) L’offre publique d’échange (OPE) L’offre publique d’achat (OPA) 6 Supplément à du 26 janvier 2007 Le Guide de la Bourse Le marché boursier : structure et acteurs Les marchés internationaux Animation du marché Gérer......

Words: 31115 - Pages: 125

Free Essay

The Ratings Agencies

...(Etats-Unis)Fermat International (Belgique)Enb Consulting (Grande-Bretagne) | Fitch IBCAFitch IBCAFitch IBCAMoody'sS&PFitchMoody'sS&PFitchMoody'sFitchMoody'sS&PFitchFitchMoody'sS&PS&PS&PFitchMoody'sMoody'sFitchMoody'sMoody'sS&PS&PS&PMoody'sMoody'sMoody's | liste non exhaustive Accords de Bâle II - Pondération des actifs bancaires | AAA-AA- | A+-A- | BBB+-BBB- | BB+-BB- | B+-B- | CCC+-En-dessous | Non noté | CATEGORIES D'EMETTEURS | Souverains | 0% | 20% | 50% | 100% | 100% | 150% | 100% | | Autres entités Publiques | 20% | 50% | 100% | 100% | 100% | 150% | 100% | | Banques | 20% | 50% | 100% | 100% | 100% | 150% | 100% | | Entreprises | 20% | 50% | 100% | 100% | 150% | 150% | 100% | | Titrisation | 20% | 50% | 100% | Déduction des fonds propres de l'établissement bancaire | Grèce : Décisions des instances internationales et impact sur le taux à 10 ans Répartition des notations souverains par catégorie et par répartition géographique Evolution du Résultat Opérationnel des 3 grandes agences Nombre d'émetteurs corporate notés par Moody's par catégories de note La crise de la dette expliquée aux nuls De la crise des subprime à la crise grecque il n’y a qu’un pas. Un pas qui rend les Etats pessimistes sur notre avenir économique. Si l’on sait qu’il y a une crise de l’euro, une crise de la dette, une crise grecque, que sait-on des véritables causes de ces crises ? Comprendre les crises, c’est dépasser les......

Words: 2971 - Pages: 12

Free Essay

Dossier Analyse Banque

...Services propose des solutions intégrées à tous les acteurs du cycle d’investissement, sell-side, buy-side et émetteurs. » :  Les banques d’investissement et autres infrastructures de marché (banques et brokerdealers notamment) se voient proposer des solutions en matière de compensation, d’exécution d’ordres, et de conservation d’actifs à travers le monde.  Les investisseurs institutionnels bénéficient de services spécifiques : agent de transfert, administration de fonds, reporting d’investissement, mesure du risque et de la performance, etc.  Les émetteurs (entreprises, originateurs et arrangeurs) se voient proposer un ensemble de services fiduciaires, tels que des conseils, un service de gestion de plans de stockoption, des services de titrisation et de financement structuré, etc.  Enfin, sont aussi proposés à tout type de client des services de financement et de marché (gestion du change, prêts et emprunts de titres, etc.) L’immobilier avec « BNP Paribas Real Estate » : avec 3 400 collaborateurs dédiés, « BNP Paribas Real Estate » apparaît comme étant le n°1 des services immobiliers aux entreprises en Europe, et un acteur majeur de « l’immobilier résidentiel » sur le territoire français. En outre, les biens gérés peuvent être aussi bien des résidences étudiantes, hôtels, commerces, logements, entrepôts et autres bureaux. Alors que l’immobilier résidentiel est surtout développé en France, l’immobilier d’entreprise chez BNP Paribas ne concerne pas moins de 30 pays à......

Words: 6955 - Pages: 28